lundi 11 avril 2016

Les derniers mots de l’officier russe mort en héros à Palmyre


Le 24 mars 2016, encerclé par les djihadistes à Palmyre, en Syrie, Alexandre Prokhorenko, 25 ans, officier des forces spéciales russes, a ordonné un tir sur sa position afin d’emporter ses assaillants avec lui. Voici la retranscription des derniers mots, traduits du russe par le Comité Valmy, échangés par radio avec son commandant :
  • Officier : Commandant je suis piégé, je répète je suis piégé.
  • Commandant : S’il vous plaît, répétez et confirmez.
  • Officier : Ils m’ont vu, il y a des tirs partout, je suis coincé. Je demande l’évacuation immédiate.
  • Commandant : Demande d’évacuation reconnue.
  • Officier : S’il vous plaît dépêchez-vous, il me reste peu de munitions, ils semblent partout, je ne peux pas tenir très longtemps, s’il vous plaît dépêchez-vous.
  • Commandant : Confirmé, retenez-les, continuez à riposter, allez dans une position sûre, l’appui aérien suit, donnez vos coordonnées.
  • Officier : (il donne les coordonnées, qui sont floues dans la traduction)
  • Commandant : (le Commandant répète les coordonnées) Confirmez.
  • Officier : Confirmé, s’il vous plaît dépêchez-vous, j’ai peu de munitions, ils m’encerclent, les salauds.
  • Commandant : Douze minutes jusqu’à l’évacuation, retournez à une position sûre. Je répète : retournez à une position sûre.
  • Officier : Ils sont proches, je suis encerclé, c’est peut-être la fin, dites à ma famille que je les aime tendrement.
  • Commandant : Retournez à la ligne verte, continuez le feu, l’aide est en route, suivie d’un appui aérien.
  • Officier : Négatif, je suis encerclé, il y a tant de ces salauds.
  • Commandant : Dix minutes, retournez à la ligne verte.
  • Officier : Je ne peux pas. Ils m’ont encerclé et se rapprochent. S’il vous plaît dépêchez-vous.
  • Commandant : Allez à la ligne verte, je répète allez à la ligne verte.
  • Officier : Ils sont là dehors, menez l’attaque aérienne maintenant s’il vous plaît. Dépêchez-vous, c’est la fin, dites à ma famille que je les aime et meurs en me battant pour ma patrie.
  • Commandant : Négatif, retournez à la ligne verte.
  • Officier : Je ne peux pas. Commandant, je suis encerclé. Ils sont là dehors. Je ne veux pas qu’ils me prennent et me paradent. Menez l’attaque aérienne. Ils vont faire une mascarade de moi et de cet uniforme. Je veux mourir avec dignité et que tous ces salauds meurent avec moi. S’il vous plait ma dernière volonté, menez l’attaque aérienne. De toute façon, ils vont me tuer.
  • Commandant : S’il vous plaît confirmez votre demande.
  • Officier : Ils sont là dehors, c’est la fin commandant, je vous remercie. Dites à ma famille et à mon pays que je les aime. Dites-leur que j’ai été courageux et que je me suis battu jusqu’à ce que je n’en puisse plus. S’il vous plaît prenez soin de ma famille, vengez ma mort, au revoir commandant, dites à ma famille que je les aime.
  • Commandant : (pas de réponse, ordonne la frappe aérienne)
Il n’avait que 25 ans. Marié depuis 18 mois, il allait bientôt être papa. Alexandre va prochainement recevoir la distinction de Héros de la Russie à titre posthume, la récompense la plus élevée du pays.