mercredi 17 février 2016

Le syndrome de Paris

Le syndrome du voyageur est un trouble psychique généralement passager que rencontrent certaines personnes confrontées à certains aspects de la réalité du pays visité, par exemple l'abondance d'œuvres d'art (syndrome de Stendhal), de symboles religieux (syndrome de Jérusalem), etc.
Le syndrome du voyageur est différent du voyage pathologique au cours duquel un sujet entreprend un voyage motivé par un contexte psychiatrique. Le syndrome de Paris toucherait plus particulièrement les touristes japonais (d'après les dires des psychiatres de l'Hôtel-Dieu), qui, ayant une vision idéalisée de la ville (le Paris de la Nouvelle Vague ou d’Amélie Poulain), sont très déçus par la réalité et déstabilisés par le fossé culturel existant entre la France et le Japon.
Philippe Adam auteur du Syndrome de Paris, affirme qu’on « rend assez mal aux Japonais l’affection qu’ils portent pour la France. ». La nouvelle de Philippe Adam a fait l’objet d’une adaptation au cinéma par la réalisatrice japonaise Saé Shimaï (島井佐枝) en 2008. Ce film a été projeté au Festival de films de femmes de Bruxelles, Elles Tournent, en 2009.
Le terme "syndrome de Paris" n’est pas récent et se retrouve dans un ouvrage paru il y a 20 ans et écrit par le Docteur Hiroaki Ota, psychiatre de l’Hôpital Sainte Anne à Paris. Il y analysait le trop fort décalage entre l’image que se font les Japonais de la France et la réalité. Les magazines japonais consacrés à Paris idéaliseraient la capitale. Le docteur Ota est le premier à avoir ouvert une consultation spécialisée pour les Japonais, et cela depuis la fin des années 80. Le comportement et le langage démonstratifs des Français sont parmi les éléments les plus insupportables aux yeux des Japonais. Exprimer ouvertement son point de vue, interrompre son interlocuteur, être en désaccord et le faire savoir sont des attitudes contraires à l’éthique japonaise.
Le roman Stupeur et Tremblements d’Amélie Nothomb, et les codes hiérarchiques japonais qu’elle décrit démontre la difficulté pour un Japonais de s’immerger dans un monde où les comportements sont différents des siens. Les femmes sont les plus touchées et supportent mal l’attitude de certains Français. Le syndrome peut aller dans de rares cas jusqu’à l’hospitalisation et le rapatriement. Eriko Thibierge-Nasu, psychanalyste explique que « la revendication et la subjectivité sont vécues comme des agressions par les Japonais. Extérioriser un avis, dire ouvertement « je ne suis pas d’accord », c’est quelque chose qu’ils ne comprennent pas. »