mardi 8 décembre 2015

Yves de Kerdrel : «Les appels aux alliances droite-gauche pourraient même renforcer encore le FN»


Le Front national est devenu le premier parti de la France, et il sera très difficile de le battre au deuxième tour des régionales même via des alliances de différents partis, estime Yves de Kerdrel. 

RT France : Que montrent les résultats des élections régionales tels qu'ils sont apparus dimanche soir ? 
Yves de Kerdrel : Il y a plusieurs leçons à tirer des résultats de ces élections régionales. La première leçon, c’est que le Front national est désormais le premier parti de France. Et de très loin – puisque le Front National est environ à 29%. Et les autres partis, qui sont en fait des alliances de partis, sont beaucoup plus loin. La droite classique, qui est composée des Républicains,de l’UDI et du MoDem, ensemble ne rassemblent que 37% - et le Front National à lui seul fait de 29 à 30%. Pour la première fois dans l’histoire, le Front National est premier sur le plan national mais en même temps premier sur le plan local 

Donc il est vraiment de très loin le plus grand parti de France. Jusqu’à présent, le Front National a été le premier parti de France qu’aux élections européennes, ce qui est classique – les élections européennes mobilisent beaucoup l’extrême droite française qui est très anti-européenne. Mais très souvent, le Front national faisait de très mauvais scores aux élections locales. Et là, pour la première fois dans l’histoire, le Front National est premier sur le plan national mais en même temps premier sur le plan local, puisque ce soir il est déjà en tête de 6 régions sur 13 – c’est-à-dire dans la moitié des régions. Cela veut dire que le Front national possède d’une très forte implantation, y compris dans les zones rurales, et non seulement dans les zones industrialisées. 

RT France : Plusieurs hommes et femmes politiques appellent aux alliances, même entre la droite et la gauche pour faire barrage au FN au deuxième tour. Est-ce que selon vous de telles alliances sont possibles ? 
Yves de Kerdrel : Il y a manifestement des tendances contraires au sein du Parti Socialiste, qui vont être réglées ce soir, le Parti Socialiste a un bureau politique qui va durer sans doute très tard dans la nuit. Et on ne saura le résultat des courses que mardi soir, puisque c’est mardi que les nouvelles listes pour le deuxième tour doivent être déposées dans les préfectures. Néanmoins, je suis personnellement – comme beaucoup d’observateurs politiques – très dubitatif. Même s’il y a des appels des socialistes à voter pour des candidats de droite ou des appels des candidats de droite à voter pour des socialistes – cela ne changera rien dans les régions ou le Front National est très largement en tête. Le Front National a fait une grande partie de sa campagne depuis très longtemps sur le mélange LR-PS en expliquant que c’est la même politique qui est menée par la droite et le Parti Socialiste – et que ces appels à voter l’un pour l’autre, voire des fusions de listes, illustreraient encore plus ce mélange entre la droite et la gauche. Donc je pense que ces appels seraient contreproductifs et pourraient même renforcer encore le Front National au deuxième tour.