jeudi 31 décembre 2015

Robert Paturel (RAID) : « Il faut que les gens sachent que les musulmans seront majoritaires dans 30 ans »


Robert Paturel a été, durant vingt ans, jusqu’en 2008, intervenant, instructeur opérationnel puis négociateur au sein d’un des corps d’élite de la police française, le RAID. Boxeur de haut niveau (ancien champion d’Europe de savate), sportif d’exception, M. Paturel a également fondé, en 2002, la « Boxe de rue », une discipline où l’on apprend à se défendre, à se maîtriser et à réagir face aux dangers. Il enseigne aujourd’hui son savoir – épaulé par d’autres professionnels – aux forces de l’ordre, mais également aux civils, durant des stages qui se déroulent partout en France. En 2015, il a publié deux ouvrages, le premier intitulé « Le Raid à l’épreuve du feu » qui raconte l’histoire du RAID depuis sa création. Le second, est le deuxième volume de « Boxe de rue », qui sensibilise particulièrement à la défense contre les armes. Les deux ouvrages sont disponibles aux éditions « Atelier Fol’fer». 

Nous avons interrogé M. Paturel, sur son métier, mais aussi sur l’actualité brûlante, ses frères du RAID étant particulièrement mobilisés, aujourd’hui en France, en raison des attentats islamistes. 

Breizh-info.com : Vous publiez une nouvelle version de votre livre Le RAID à l’épreuve du feu. Qu’est ce qui a changé depuis la parution du premier ouvrage ? 
Robert Paturel : Pas grand chose, c’est la même histoire la nouvelle version a juste un petit bonus en plus qui raconte l’histoire du RAID depuis sa création, j’ai écris ce livre il y a plus de 10 ans et j’étais visionnaire. 

Breizh-info.com : Quelle est votre opinion sur les mesures sécuritaires mises en place par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme ? Est-ce une bonne stratégie de surveiller l’ensemble de la population alors que l’intégralité de attentats commis ces dernières années l’ont été fait par des musulmans islamistes ? 
Robert Paturel : Mon opinion c’est qu’il est déjà bien tard ; je n’espère pas trop tard mais je suis bien pessimiste dans la mesure où ne peut plus contrôler grand chose, sachant que « le ver est dans le fruit » depuis longtemps. Et tous nos politiques en sont responsables. En 1962, il fallait sauver nos harkis et nos pieds noirs , ça faisait déjà beaucoup de monde . Au lieu de ça on a ouvert les portes à une immigration massive de gens, qui par ailleurs nous reprochaient de les avoir maltraités et colonisés. Giscard a favorisé le regroupement familial (une autre erreur). 
Depuis la France est en éternelle repentance vis à vis d’eux, ce qui crée un climat difficile. 
Concernant la surveillance de la population, on est bien obligés de surveiller tout le monde, pour ne pas être accusés de « délit de sale gueule », et puis rappelons-nous que ceux qui ont fait sauter les sœurs jumelles étaient rasés de prés et avaient une allure de cadre supérieur 

Breizh-info.com : Quelles sont les qualités individuelles et collectives qui, selon vous, permettent l’excellence de ce corps d’élite qu’est le RAID ? 
Robert Paturel : Savoir vivre en collectivité, être capable de gérer un fort stress émotionnel, une condition physique exemplaire et une technicité policière irréprochable Être combatif sans être agressif. Il y a deux valeurs majeures qui vont toujours de paire , la générosité et le courage, deux valeurs recherchées lors de nos sélections. « le courage est cette petite marge que laisse la peur pour la réalisation d’une action ». Breizh-info.com : Comment analysez vous les différentes opérations menées par vos collègues lors des attentats de novembre ? Robert Paturel : Je n’y étais pas je m’abstiendrais donc de commenter sans savoir ce que font malheureusement certains « experts ». Je sais seulement par mes collègues qu’ils ont eu quelques soucis pour l’ouverture de la porte. Il est toujours facile de critiquer ceux qui risquent leur vie pour vous, quand on a le cul dans un fauteuil et devant la télé. 

Breizh-info.com : Vous publiez par ailleurs le deuxième volet de « Boxe de rue ». Où en êtes vous du développement de cette pratique en France ? Quels sont les enseignements fondamentaux de cette nouvelle méthode de défense ? 
Robert Paturel : Ça marche bien, mes stages sont toujours pleins. Ce qui plait aux gens c’est l’approche humaine de cette méthode ; on parle de la loi, on parle comportement, on parle stress, on ne parle pas que de la technique. Jévolue aussi au sein de l’ADAC (l’académie des arts de combat) qui a été créée par Eric Quequet que j’ai rejoins il y a quelques années car nous dispensions à peu prés les mêmes choses. 

Breizh-info.com : L’auto-défense est toujours très mal perçue en France. On voit d’ailleurs se multiplier les cas de poursuites judiciaires à l’encontre de victimes ayant souhaité se défendre (souvent avec des armes) face à leurs agresseurs. Que cela vous inspire-t-il ? 
Robert Paturel : Je dirais simplement qu’il vaut mieux être jugé par douze que porté part six, et que les gens doivent apprendre bien sûr à se défendre, mais surtout à être vigilant. Quand je vois des jeunes femmes dans la rue avec les écouteurs et en train de pianoter sur des smartphones, je me dis qu’elles sont totalement déconnectées de leur entourage et que c’est sur elle que se portera le choix de l’agresseur. 

Breizh-info.com : Notre société française et notamment sa jeunesse n’a t-elle finalement pas été « dressée » pour fuir et refuser de se défendre face aux agressions (apprentissage dès le plus jeune âge qu’il ne faut pas répondre en cas d’attaque par exemple) ? Comment inverser les choses ? 
Robert Paturel : C’est exactement ça ; et on voit bien que dans une classe, les enfants qui n’on pas eu cette éducation « bisounours » deviennent vite les caïds et imposent leurs règles aux autres. Il faut que les gens sachent que les musulmans seront majoritaires dans une trentaine d’années, peut-être moins vu les flux de réfugiés. Et cette fois nous serons bien contraint de filer doux ou de disparaître. 

Breizh-info.com : La « Boxe de rue » est-elle accessible à tous et à toutes les conditions physiques ? Quels seraient les conseils de base que vous donneriez à des citoyens soucieux de préserver leur sécurité ainsi que celle de leurs proches, en terme d’entrainement quotidien et de préparation ? 
Robert Paturel : La boxe de rue est accessible à tous Faites des stages de survie, pratiquez les sports de combat, familiarisez vous avec les armes ,soyez toujours vigilants, observez votre entourage, apprenez les gestes qui sauvent, sachez analyser correctement les situations. 
J’explique tout ça dans mes deux livres « boxe de rue et étude comportementale » et « boxe de rue 2 défenses contre armes ». Robert Paturel, Le RAID à l’épreuve du feu, Atelier Fol’fer éditions, 2015 Robert Paturel, Boxe de rue II, sensibilisation et défense contre armes, Atelier Fol’fer, Collection Xénophon, 2015