lundi 14 décembre 2015

Qu'est-ce que l'ingénierie sociale ?


La culture de l'inégalité ne concerne pas que le domaine économique. Elle touche aussi à la configuration du champ perceptif. En effet, le fondement des théories de la surveillance, tel que résumé par le principe panoptique de Jeremy Bentham, est la dissociation du couple "voir et être vu". La politique comme ingénierie sociale consiste alors à bâtir et entretenir un système inégalitaire où les uns voient sans être vus, et où les autres sont vus sans voir. Le but de la manœuvre est de prendre le contrôle du système de perception d'autrui sans être soi-même perçu, puis d'y produire des effets en réécrivant les relations de cause à effet de sorte qu'autrui se trompe quand il essaie de les remonter pour comprendre sa situation présente. Dans son livre sur la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, Yasmina Reza nous rapporte ces propos d'un de ses conseillers, Laurent Solly : "(...) la réalité n'a aucune importance. Il n'y a que la perception qui compte." Ce constructivisme radical, issu de l'école de Palo Alto est très en vogue dans le milieu des consultants, n'hésite pas à considérer que la perception peut être détachée de tout référent objectif, réel. L'ingénierie des perceptions devient alors une activité quasi démiurgique de construction d'hallucinations collectives, partagées, normalisées et définissant la réalité commune, autrement dit un ensemble stabilisé de relations causales falsifiées. Ainsi que l'avance dans un essai le célèbre pirate informatique Kevin Mitnick, l'ingénierie sociale serait L'art de la supercherie ; plus précisément l'art d'induire autrui en erreur et d'exercer un pouvoir sur lui par le jeu sur les défaillances et les angles morts de son système de perception et de défense. Illusionnisme et prestidigitation appliqués à tout le champ social, de sorte à construire un espace de vie en trompe-l'oeil, une réalité truquée dont les règles véritables ont été intentionnellement camouflées. 
      Ces techniques de manipulation s'appuient sur les sciences de la gestion, nébuleuse de disciplines qui ont commencé à constituer un corpus cohérent à partir des années vingt et dont la théorie de l'information et la cybernétique résument les grandes lignes idéologiques : à savoir, les êtres vivants et les sujets conscients sont des systèmes d'information susceptibles d'être modélisés, contrôlés voire piratés au même titre que les systèmes d'information non-vivants et composés d'objets non-conscients. Pour les plus connues, ces disciplines gestionnaires sont le marketing, le management, la robotique, le cognitivisme, la psychologie sociale et behaviouriste (comportementale), la programmation neurolinguistique (PNL), le storytelling, le Social Learning, le reality-building. Le point commun de ces disciplines réside dans leur rapport à l'incertitude, qu'elles tentent toujours de réduire au minimum, si possible à zéro. Le monde est ainsi perçu uniquement sous l'angle de systèmes d'échange et de traitement de l'information qu'il faut réussir à gérer du mieux possible, c'est-à-dire en réduisant l'incertitude de leur fonctionnement, en les contrôlant le plus précisément possible. En outre, contrairement aux sciences humaines et sociales, ces sciences gestionnaires ne se contentent pas d'observer et de décrire leur objet d'étude, elles interviennent aussi dessus dans le sens d'une ingénierie, donc d'un travail de reconfiguration d'un donné. Quand elle se fait à l'insu du système reconfiguré, la reconfiguration devient un viol furtif de l'intégrité du système et porte le nom de piratage, ou hacking. Et quand il s'applique à l'humain, cet interventionnisme reconfigurateur pirate se donne généralement pour but de reconfigurer le donné humain dans le sens d'une réduction de l'incertitude liée au comportement de ce donné humain, individuel ou groupal.

Gouverner par le chaos