dimanche 11 octobre 2015

La société de consommation

« La consommation est donc un puissant élément de contrôle social (par l’atomisation des individus consommateurs), mais elle entraîne par là même la nécessité d’une contrainte bureaucratique toujours plus forte sur les processus de consommation – laquelle sera en conséquence exaltée avec toujours plus d’énergie comme le règne de la liberté. On n’en sortira pas. 

L’automobile et la circulation sont l’exemple clef de toutes ces contradictions : promotion sans limites de la consommation individuelle, appels désespérés à la responsabilité collective et à la moralité sociale, contraintes de plus en plus lourdes. Le paradoxe est celui-ci : on ne peut à la fois répéter à l’individu que « le niveau de consommation est la juste mesure du mérite social » et exiger de lui un autre type de responsabilité sociale, puisque dans con effort de consommation individuelle, il assume déjà pleinement cette responsabilité sociale. Encore une fois, la consommation est un travail social. Le consommateur est requis et mobilité comme travailleur à ce niveau aussi (autant peut-être aujourd’hui qu’au niveau de la « production »). Il ne faudrait quand même pas demander au « travailleur de la consommation » de sacrifier son salaire (ses satisfactions individuelles) pour le bien de la collectivité. Quelque part dans leur subconscient social, les millions de consommateurs ont une espèce d’intuition pratique de ce nouveau statut de travailleur aliéné, ils traduisent donc spontanément comme mystification l’appel à la solidarité publique, et leur résistance tenace sur ce plan ne fait que traduire un réflexe de défense politique. L’ « égoïsme forcené » du consommateur, c’est aussi la subconscience grossière d’être, en dépit de tout le pathos sur l’abondance et le bien-être, le nouvel exploité des temps modernes. Que cette résistance et cet « égoïsme » mènent le système à des contradictions insolubles, auxquelles il ne répond que par des contraintes renforcées, ne fait que confirmer que la consommation est un gigantesque champ politique, dont l’analyse, après et en même temps que celle de la production, est encore à faire. » 

 La société de consommation, Jean Baudrillard