dimanche 20 septembre 2015

Norvège : des lycéens peuvent choisir l’option « compétences Vikings »


Apprendre à forger des armes, sculpter du bois ou encore à lancer des haches vous intéresse ? Des étudiants norvégiens de la Seljord folk high-school, dans le sud du pays, se sont vus offrir cette possibilité cette année. Une proposition accueillie avec enthousiasme. (

L’offre d’emploi a été partagée 26 000 fois sur Facebook et c’est Jeppe Nordman qui a fini par décrocher le poste. Ce passionné des mœurs Vikings et forgeron reconnu se chargera d’enseigner aux 14 lycéens qui se sont inscrits à son cours « compétences Vikings ». « Notre école était très connue à une époque pour ses travaux manuels, mais ça s’est perdu », explique le principal Arve Husby au Guardian. « On a donc fait un brainstorming avec les autres professeurs et l’un d’entre eux a suggéré ce cours », ajoute-t-il. 

Une proposition qui a rencontré un vif succès grâce « à des séries télévisées comme Game of Thrones ou Vikings », pense Arve Husby. Pendant un an, les neuf garçons et cinq filles scolarisés au lycée Seljord, situé à environ 200 kilomètres à l’ouest d’Oslo, apprendront à sculpter le bois, forger des armes, faire du pain, tirer à l’arc, construire des bateaux ou encore tisser. 

S’il avoue ne pas savoir encore comment de telles compétences peuvent s’avérer utiles sur le marché de l’emploi, Arve Husby souligne que ce qui est important c’est la démarche, qui permet « une ouverture d’esprit ». 

Si l’option peut paraitre surprenante, elle s’inscrit dans un cursus lui aussi différent du circuit traditionnel. Tout comme le lycée de Seljord, d’autres établissements scandinaves permettent aux jeunes étudiants de réaliser une sorte d’année de « césure » avant l’entrée à l’université. Au cours de celle-ci, les élèves apprennent des choses de la vie de tous les jours, comme être indépendant, le travail d’équipe, ou même des ateliers de préparation à l’ascension de l’Everest ! Les parents paient pour le logement, les voyages et le matériel scolaire tandis que le reste est subventionné par l’état. 

Il faut dire que l’environnement du lycée viking se prête à de telles activités. Entouré de montagnes et surplombant le lac Seljord, dont la légende raconte qu’il est habité par un monstre, il permettra sans difficulté aux étudiants de s’imaginer au troisième siècle. 

Et que les parents se rassurent : la rumeur concernant le sacrifice d’animaux est fausse. « On sert de la viande à la cantine mais ça s’arrête là », précise le principal de l’établissement. Pas de chasse à la manière Viking non plus. « Sauf si quelqu’un repère le monstre du Seljord… dans ce cas-là, je ne peux rien promettre ». Espérons que les arcs et épées seront parés si l’occasion se présente…