dimanche 6 septembre 2015

Incendie à la mosquée d'Auch dans le Gers : la piste d'extrémistes musulmans étudiée

L'enquête sur l'incendie de la mosquée d'Auch progresse. D'après une source proche du dossier interrogée par La Dépêche, la piste d'un groupuscule d'extrême droite n'est "pas forcément privilégiée".   

Le quotidien explique également que les enquêteurs se penchent aussi sur la possibilité d'extrémistes musulmans. Pour les fidèles modérés, un tel acte pourrait leur donner envie "de durcir [leur] discours" et de "se tourner vers les extrémistes", rapporte La Dépêche qui cite une autre source. 

Les auteurs des faits auraient utilisé du matériel trouvé sur le chantier de la mosquée pour y mettre le feu. Une forte odeur d'essence aurait été ressentie par des policiers sur place, ce que le procureur n'a pas voulu confirmer. Le caractère volontaire de ce sinistre a été établi par une expertise lundi 25 août. 

Détruite à "70%" 
En déplacement à Auch vendredi, Bernard Cazeneuve avait évoqué trois pistes : "un acte anti-musulman", "un règlement de comptes" ou "une manifestation gratuite de violence". L'incendie qui a lourdement endommagé la mosquée d'Auch s'est déclaré dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 août. Une enquête a été ouverte pour savoir s'il s'agit d'un accident ou d'un acte criminel. Le procureur de la République, Pierre Aurignac, avait estimé la mosquée détruite "à 70%". 

Des traces d'effraction ? 
Le procureur s'était montré très prudent sur les causes de cet incendie, refusant de parler de la piste de l'acte anti-musulman puisque la ville d'Auch ne souffre "pas particulièrement" des "tensions communautaires". 

Il avait également réagi avec prudence à un article de la Dépêche du Midi selon lequel "des traces d'effraction ont été constatées dans une villa qui surplombe le chantier" de la mosquée : portillon forcé et clôture en grillage découpée. 

Des travaux liés à l'agrandissement du lieu de culte étaient en cours et le feu a pris à proximité de cette zone, dans un salle menant à la salle de prière, avait-il ajouté. L'identité judiciaire de Toulouse a été convoquée et un expert doit être chargé en début de semaine d'aider à déterminer les causes du sinistre.