jeudi 27 août 2015

Les trottoirs sont dédiés à l'ordre

Je me suis étonné de l’apathie des ouvriers musclés – ceux qui ne lisent pas Saint-Simon – dont je parlais à l’instant. Ils ne sont pas toujours pauvres, mais ils sont mal habillés, ce qui est pire. Ils voient passer des jeunes gens, fils d’une bourgeoisie qu’ils méprisent. Ces jeunes gens ont des costumes propres, ils craignent de les salir. Je vois passer ces faibles garçons au bras de filles élégantes, devant toutes sortes de sauvages souriants, les hommes de la pierre, ceux de l’acier. Je m’attends à des scènes violentes. J’espère des injures. Hélas ! rien du tout. Les peureux enfants de la bourgeoisie gardent leur élégance, leurs filles parfumées. Les trottoirs sont dédiés à l’ordre. 

Roger Nimier, Les épées