vendredi 14 août 2015

La loi des petits nombres

S’agissant de ce retour de l’initiative individuelle au niveau stratégique, quatre phénomènes revêtent une importance particulière à cet égard. Premièrement, il s’agit de l’effacement du mode d’organisation typique des sociétés industrielles, à savoir la fin de l’ère des masses hiérarchiquement encadrées. En lieu et place, intervient ce que nous appelons la loi des petits nombres. On entend par là que ce n’est plus le nombre qui fait la puissance et la force (« Le pape ? Combien de divisions ? »), mais que l’action résolue et/ou innovatrice de petits groupes peut déboucher sur des résultats inversement proportionnels à ces effectifs réduits (microtrends ; small number big impact). Deuxièmement, les sociétés postmodernes développées sont devenues extrêmement complexes et, par conséquent, très fragiles. Pour prévenir leur effondrement en cas de « panne », elles doivent impérativement se décentraliser (le salut vient des marges... et non des institutions). Troisièmement, étant donné la transformation de la guerre et l’impossibilité croissante de la guerre interétatique, l’équilibre de la terreur change d’échelle et se situe au niveau de l’individu lui-même avec toutes les conséquences que cela implique (incivilités, agressions, brigandages, attentats, tueries). Quatrièmement, si le mode d’organisation des sociétés s’est transformé, il en va de même du mode de destruction. A l’ère des masses, celui-ci était caractérisé par les trois séquences, concentration – manœuvre – destruction, ce schéma marquant la plupart des grandes batailles décisives de cette période. A l’heure actuelle, avec l’affirmation de la loi des petits nombres, on peut avancer que le mode de destruction suit plutôt les trois séquences suivantes : dilution – imbrication – destruction. A une destruction par l’extérieur succède une destruction de l’intérieur. 
     Quelques exemples illustrent ces changements de paradigmes. Lors des attentats de Bombay (26-29 novembre 2008), 18 hommes équipés d’armes légères et répartis en 9 équipes de deux, paralysent pendant 60 heures une mégapole de 20 millions d’habitants, provoquant de la sorte une nouvelle tension géostratégique entre l’Inde et le Pakistan, des massacres interethniques en Inde et, finalement, un événement d’ampleur mondiale générant une série de réactions politiques, diplomatiques et médiatiques. Au Nigéria, l’exemple de rebelles ijaws, connus sous l’acronyme MEND (Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger), démontre également cette nouvelle réalité stratégique où un petit groupe est capable de déclencher des effets inversement proportionnels à ses effectifs. Dans ce cas-là, c’est une livraison de 300 fusils d’assaut AK-47 qui permet à ces rebelles de lancer leurs actions contre les installations pétrolières et les bateaux transitant par le delta. Ces 300 kalachnikovs entraînent ainsi une diminution de 25% de la production de pétrole du Nigeria. Ces deux exemples, auxquels on pourrait en ajouter beaucoup d’autres, mettent en lumière les changements énoncés plus haut. La loi des petits nombres apparaît en effet particulièrement évidente compte tenu, à chaque fois, des faibles moyens engagés et des importants résultats obtenus en contrepartie. Par ricochet, ceci souligne aussi la fragilité des sociétés complexes, leur risque d’effondrement et la nécessaire décentralisation qu’elles doivent consentir si elles veulent survivre. De par les effets engendrés en outre, tant les attentats de Bombay que les actions des rebelles ijaws indiquent que l’équilibre de la terreur a bel et bien été ramené du niveau des États à celui des individus. Et, ce changement d’échelle ne vaut pas uniquement pour les actes à caractère politique, mais également pour les autres formes de violence plus anarchiques (tireur fou, forcené, tuerie). Enfin, le schéma dilution-imbrication-destruction reflète clairement le mode opératoire utilisé : neuf équipes de deux hommes dilués dans une mégapole, une poignée de rebelles dispersés dans l’ensemble d’une zone géostratégique. 
     La société de l’information accélère et facilite à la fois une telle évolution. Il importe en effet de rappeler plus généralement que les sociétés nomades ou au contraire sédentaires, agraires ou au contraire industrielles, pratiquent chacune la guerre d’une façon propre qui est dictée par leur mode respectif de production des richesses. De nos jours, l’avènement de la société de l’information entraîne le bouleversement des anciennes structures héritées de l’ère industrielle et du capitalisme fordiste : les formes d’organisation pyramidale et centralisée sur le modèle stato-national cèdent la place à des formes plates, décentralisées, « sans tête ». La société de l’information rend possible cette mutation puisque l’interconnexion de tous avec tous à travers le net et les autres TIC (téléphones portables, PC, etc.) ne nécessite plus des structures hiérarchiques organisant le travail de la conception à la production et à la vente. Ce travail peut désormais se réaliser, soit à distance, soit en réseau, soit de manière coopérative (selon la méthode wiki). L’art de la guerre suit ce bouleversement et cette mutation, comme en témoigne la prolifération des groupes armés, des cellules terroristes et des actions décentralisées (attentats, embuscades) en lieu et place des grandes offensives conventionnelles représentatives de la stratégie moderne

Bernard Wicht, Europe Mad Max demain ?