samedi 11 juillet 2015

Refuser de ne voir que le côté du consommateur


Les mutations technologiques ne sont analysées – lorsqu’elles le sont – que du point de vue du client-consommateur et des bénéfices qu’il en retire. 

Certes, notre potentiel « consommatoire » et nos attitudes vis-à-vis de la consommation nous déterminent socialement. Pourtant, nous sommes encore des producteurs et des travailleurs. L’illusion de liberté et de bien-être que certains retirent des nouvelles technologies occulte par exemple l’exploitation sauvage et la précarisation croissante qui sévit au travail

Nous devons refuser l’approche unidimensionnelle de l’existence et la séparation entre production et consommation. Le déferlement technologique et la dégradation des conditions de travail sont étroitement liés : penser profiter du premier sans subir la seconde relève d’une illusion savamment entretenue. Cette illusion alimente la machine qui nous a séparé les uns des autres et qui cherche à nous réduire à l’état de client-consommateur. Un produit, un objet, une information ont une histoire ; ils ont été créés dans un cadre donné et sous certaines conditions (notamment d’exploitation) que nous devons questionner. 

Cédric Biagini, La tyrannie technologique