mercredi 22 juillet 2015

Les dix commandements du libéralisme

La recomposition en cours est d’ampleur, et ne constitue rien moins qu’une véritable révolution anthropologique, qui se déploie partout et à chaque instant. Ce bouleversement est si radical que toute notre culture et notre monde se voient comme retournés de l’intérieur : 
     - En art, la transgression permanente (de quoi ? pour quoi ?) est devenue la règle, au point que le bluff cynique est ce qui fait tenir l’ensemble du dispositif spéculatif agrégé autour de cette vaste supercherie. (« Même si l’on ne comprend rien, c’est peut-être très profond, donc ne risquons pas de paraître réactionnaire en disant que c’est nul. ») Le retournement de l’œuvre opéré par Duchamp (« Vous voyez cet urinoir ? Eh bien puisque vous le regardez dans une exposition, c’est donc que c’est une œuvre : prenez conscience que c’est vous, spectateurs, qui octroyez la valeur artistique aux choses. ») est devenu un dogme, s’accordant d’ailleurs parfaitement avec les exigences égotiques du marché, qui ne s’occupe guère de la qualité des produits, tant que ça se vend. 
     - A l’école, l’absence de figure d’autorité contre (et même tout contre) laquelle l’élève peut se construire empêche la formation de réels individus émancipés, capables de jugement critique relativement à des savoirs arrêtés, bien que nécessairement en partie arbitraires, qui leur auraient été donnés. Pierre Bourdieu et son analyse de la reproduction sociale est alors sous le feu de la critique. S’il est indéniable que des rapports de classe traversent profondément l’institution scolaire, Dufour refuse de la réduire à cela, précisément parce que l’élévation a toujours été le moyen de la pédagogie depuis l’Antiquité, visant avant tout à apprendre aux jeunes humaines à réfréner leurs pulsions afin d’être en mesure de vivre en société. Désormais, des générations entières d’élèves sont donc sacrifiées aux seuls vrais parents qui les éduquent en les rabaissant : la télévision, Internet et le marché, main dans la main. - La sexualité devient contrat libéral dans le mouvement même où elle est intégrée au marché pour qu’en soient tirés de juteux profits : un site internet pornographique moyen génère de 10 000 dollars à 15 000 dollars par jour, voire jusqu’à 100 000 dollars pour les plus performants, et chaque seconde, 28 858 internautes et 2 304 € atterrissent sur les portails du sexweb 2.0. 
      - Avec les grands Sujets, les distinctions fondatrices pour l’organisation humaine s’estompent aussi, à commencer par la différence sexuelle et générationnelle. Le marché a besoin d’enfants capricieux prêts à céder à leurs pulsions consuméristes et consumatoires, et consacre logiquement la figure de l’adulescent (« l’adulte-adolescent »), qui à 40 ans aime toujours les superhéros, les dessins animés, les gadgets et les bonbons. Relativement à la distinction sexuelle, Dufour s’en prend aux théories queer, qui prétendent brouiller les identités de genre (masculin/féminin) sans s’attaquer aux fondements de la domination des femmes par les hommes. 

Le Divin Marché analyse les Dix Commandements du libéralisme : 
1. Tu te laisseras conduire par l’égoïsme. 
2. Tu utiliseras l’autre comme un moyen pour parvenir à tes fins. 
3. Tu pourras vénérer toutes les idoles de ton choix, pourvu que tu adores le Dieu suprême, le Marché. 
4. Tu ne fabriqueras pas de Kant-à-soi visant à se soustraire à la mise en troupeau. 
5. Tu combattras tout gouvernement et tu prôneras la bonne gouvernance. 
6. Tu offenseras tout maître en position de t’éduquer. 
7. Tu ignoreras la grammaire et tu barbariseras le vocabulaire. 
8. Tu violeras les lois sans te faire prendre. 9. Tu enfonceras indéfiniment la porte ouverte par Duchamp. 
10. Tu libéreras tes pulsions et chercheras une jouissance sans limite. 

Guillaume Carnino, « Dany-Robert Dufour, une psychanalyse du libéralisme », in Radicalité, 20 penseurs vraiment critiques