samedi 11 juillet 2015

La tactique de la guérilla


La tactique de la guérilla est issue du principe de base de forces n’acceptant le combat que selon leurs conditions, ce qui suppose de connaître la position et la force de son adversaire, de savoir lorsqu’il est coupé de toute aide ou empêché d’échapper avant tout secours, de disposer de l’effet de surprise et de combattre au moment choisi. Privé de la force du nombre, et des armes pour s’opposer à une armée en campagne, les guérillas préfèrent éviter les batailles rangées. L’embuscade et le raid représentent leurs modes de combat favoris. Par-dessus tout, la guérilla évite toujours de tenir le terrain car cela inviterait l’ennemi à la découvrir, à l’encercler et à la détruire. Frappant rapidement et de manière inattendue, les raids de la guérilla s’attaquent aux dépôts et aux installations d’approvisionnement, tendent des embuscades aux patrouilles et aux convois de ravitaillement, coupent les lignes de communication et cherchent par-là à désarticuler les activités ennemies et à capturer des équipements et du ravitaillement pour leur propre usage. En raison de sa mobilité, de la dispersion de ses forces en petits groupes, de leur aptitude à disparaître au sein de la population civile, il est très difficile de forcer la guérilla à livrer bataille. Les guerres contre les guérillas se mènent sans ligne de front fixe. Les objectifs des guérilleros par leurs attaques sont de déstabiliser l’ennemi, de porter atteinte à ses ressources (hommes et lignes de communication) par des séries continuelle d’attaques en coups d’épingle sur une période étendue, qui à la longue affaiblissent l’ennemi matériellement, le forcent à se concentrer sur sa propre protection et entament sa résolution. 

Général Sir Rupert Smith, L’utilité de la force. L’art de la guerre aujourd’hui