vendredi 5 juin 2015

Rappel important : Nicolas Sarkozy a fait perdre des milliards à la France en vendant son or, et de plus liquide notre patrimoine sans nous consulter

La Cour des Comptes a épinglé le 8 février 2012 la gestion du stock d’or de la France par Nicolas Sarkozy.

En mai 2004, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Économie, annonce qu'il est favorable à des ventes d'or afin d'alléger la dette nationale qui s'élève à 16 000 euros par personne tandis que la Banque de France est assise sur un tas d'or. Il déclare que cette vente d'or sera "soit pour financer des investissements qui prépare l'avenir, soit pour réduire la dette, mais en aucun cas pour financer les dépenses de fonctionnement". Jean-Pierre Raffarin avait déjà lancé cette idée au début de cette même année afin de soutenir les chercheurs.

Nicolas Sarkozy annonce, le 19 novembre 2004 dans un communiqué, s'être mis d'accord avec le gouverneur de la Banque de France pour "une gestion plus active des réserves de change de l'État".

Cela consiste à vendre 500 à 600 tonnes sur les 3 000 tonnes détenues alors par la Banque de France. Selon le ministre de l'Économie Nicolas Sarkozy il s'agit de remplacer le métal jaune, qui ne rapporte pas d'intérêts, par un portefeuille en devises censé améliorer les rendements. Il en escompte un revenu supérieur à 200 millions d'euros par an. Pour lui il faut en finir avec la gestion de bon père de famille des réserves de change !

Donc entre décembre 2004 et septembre 2009, la Banque de France se sépare d'un cinquième de son stock de métal fin (589 tonnes), et empoche, en cumulé, un pactole de 4,67 milliards. 

Cette opération est réalisé sur les ordre de Nicolas Sarkozy, car Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France n'a jamais caché qu'il était hostile à une telle vente : « On peut dire que l'or ne sert à rien, parce qu'il n'est pas mobilisable immédiatement, explique Noyer. Mais on peut regarder aussi pourquoi, dans l'ensemble du monde, les banques centrales gardent leurs réserves d'or, qui servent en fait à gager une réalimentation possible des réserves de devises. » En clair, il faut conserver les bijoux de famille pour les vrais coups durs. La France n'a pas vendu d'or depuis 1979, c'est dire !

Mais cette opération est une erreur d’appréciation que la Cour des Comptes met en avant dans son rapport annuel. Car entre 2004 et 2011 le prix moyen de l'once d'or a explosé, il est passé de 409,72 dollars à 1384,21 dollars. D'ailleurs les banques centrales européenne et les banques centrales des États de la zone euros, ainsi que la banque suisse et la banque suédoise Sveriges Risksbank, au même moment décident de limiter leurs ventes d'or.

Depuis trois ans, l'once d'or a pris 94 %. Au final, si le programme n'avait pas été exécuté, la valeur des réserves en or de la Banque de France aurait atteint 19,4 milliards d'euros à fin 2010, quand celle des réinvestissements en devises choisi par Nicolas Sarkozy, s'élevait à seulement 9,2 milliards d'euros ! Quel gâchis !

De plus pour diminuer la dette exponentielle, que les gouvernements successifs ont développée, et que Nicolas Sarkozy a fortement augmentée, se permet de disposer à notre insu de notre patrimoine en le vendant sans nous consulter.

La prochaine fois qu’un sympathisant ou un encarté de l'UMP vous bassine avec son merveilleux gestionnaire qui a sauvé la France de l’apocalypse financière, rappelez-lui ce mémorable exploit de son leader, ainsi que sa dilapidation de notre patrimoine.

Quand je pense que 48% des Français, actuellement, lui renouvellent leur confiance pour gérer la France, encore pour cinq ans, cela me fait froid dans le dos.

Français réveillez-vous et ne vous laissez pas endormir par les paroles d'un avocat, beau parleur mais mauvais gestionnaire !

Source