samedi 25 avril 2015

Pour ne pas mettre en cause la télévision, on a paradoxalement attribué l’échec aux méthodes traditionnelles d’enseignement de la lecture

 
Le nombre important d’enfants mauvais lecteurs inquiète à juste titre enseignants et parents. Mais curieusement, on attribue à l’école la seule responsabilité de cet état de fait. Pour ne pas mettre en cause la télévision, on a paradoxalement attribué l’échec aux méthodes traditionnelles d’enseignement de la lecture. 

Liliane Lurçat, docteur en psychologie, directeur de recherche honoraire au CNRS