mardi 28 avril 2015

«Mon Pays la France», nouvelle structure dans l'orbite du RBM


Gilbert Collard, député FN du Gard, et Jacques Clostermann, le fils de Pierre Clostermann, grand résistant fidèle au général de Gaulle, veulent rassembler les souverainistes et les gaullistes. 
Avec l'audience grandissante du Front national, les vocations se déclarent. Jacques Clostermann, 65 ans, fils de Pierre Clostermann, l'as des as de l'aviation française, héros de la Seconde guerre mondiale, crée sa propre structure : «Mon pays la France». Cet ancien pilote de chasse, devenu commandant de bord chez Air France, est passé par le RPR puis le Rassemblement Bleu Marine. Il se définit comme un gaulliste souverainiste et social. Pas question toutefois de renier son engagement pour Marine Le Pen. «Je souhaite son accession à l'Élysée et Gilbert Collard est le cordon ombilical qui relie Mon Pays la France au RBM, puisqu'il est président d'honneur de Mon pays la France et secrétaire général du RBM et moi-même je suis administrateur du RBM», explique-t-il. 

De fait, le RBM se veut une structure d'accueil d'autres mouvements «attachés à la souveraineté de la France et aux valeurs de la République», comme le SIEL (Souveraineté Indépendance et Libertés) animé par Karim Ouchikh, ou le PEC (Patrie et Citoyenneté) présidé par Bertrand Dutheil de La Rochère, ancien chevènementiste. 

«Marine Le Pen et Louis Aliot qui sont venus me chercher» 
«Nous souhaitons rassembler des divers droite et des souverainistes, des gens qui n'iraient nulle part ailleurs mais qui ont envie de militer localement sans adhérer à un grand parti parisien», ajoute Clostermann dont l'objectif est surtout de préparer sa candidature à l'élection législative de 2017 dans la 12e circonscription des Bouches-du-Rhône. Il avait déjà tenté de se faire élire en 1993 dans la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, avec l'étiquette RPR dissident et le soutien du CNIP, sans succès. 

Son parachutage dans le département est plus ou moins bien accueilli. «Jusqu'à preuve du contraire, il y a une commission d'investiture. Je n'ai pas entendu dire qu'elle s'était réunie pour la 12e circonscription….», souligne Stéphane Ravier, maire de secteur et secrétaire départemental du FN, qui vient d'adresser une lettre recommandée à Jacques Clostermann pour s'insurger contre l'utilisation du fichier du FN pour lancer les invitations à sa soirée de lancement de Mon Pays la France, ce jeudi, à Marignane. Et pour ne pas lui faciliter la tâche, Ravier a organisé le même soir un dîner post campagne des départementales dans la même ville… 

«C'est Marine Le Pen et Louis Aliot qui sont venus me chercher pour que je les rejoigne et ils m'ont proposé de choisir la circonscription que je voulais !», répond Jacques Clostermann.