vendredi 24 avril 2015

La police française, cette armée mexicaine inefficace


La police française a besoin d’un bon ménage et d’une véritable prise en main. Plusieurs signaux récents ont montré comment ce gouffre financier qu’est notre police pose problème.

Combien coûte la police en France?

Dans le coût global de la police, il faut inclure une somme de choses différentes, et notamment la police nationale, bien sûr, mais aussi la gendarmerie. On ne chipotera pas ici sur les détails (exemple: faut-il ou non inclure les gardiens de prison dans le calcul?), puisque l’objectif n’est pas de faire une étude de coût précise. Je reprendrai donc simplement les chiffres mentionnés dans le jaune budgétaire 2015 pour la mission « Sécurités »: 12 milliards de dépenses. On part du principe que ces chiffres reflètent l’effort global de la nation pour assurer sa sécurité intérieure.

12 milliards d’euros, c’est rappelons-le, environ 0,6% du PIB ou un quart du budget de l’éducation nationale. Autrement dit (je vais faire un raccourci contestable mais parlant) la France compte un policier pour quatre enseignants.

Si l’on se réfère aux effectifs, la France apparaît comme une championne européenne du nombre de policiers par habitant.


Ce tableau issu de l’ouvrage de Michel Marcus montre bien que la police, en France, ne peut se plaindre d’un manque criant d’effectifs pour sécuriser le territoire. Elle est l’une des mieux dotées sur le continent, avec par exemple deux fois plus de policiers qu’au Danemark où l’on n’a pas entendu dire que le crime était partout…

Des rapports dégradés avec la population
Malgré cette importance de moyens, le service rendu par la police aux citoyens est de piètre qualité. Un premier signe le prouve: la police française adore multiplier les statistiques sur son action, destinées à prouver qu’elle fait très bien son travail. Mais plus les chiffres sont nombreux, moins le sentiment d’une protection efficace du citoyen existe.

C’est tout le problème de la police française: elle se croit gardienne d’un temple républicain mystérieux dont elle seule connaît l’existence, alors qu’elle est simplement au service des citoyens honnêtes. Cette dimension de service est généralement occultée par nos flics qui se vivent en justiciers de je ne sais quel ordre, ou en cow-boys malheureux, mais pas en agents dédiés à la satisfaction des citoyens.

D’où l’absence d’études qualitatives illustrant le malaise général des Français sur le sujet.

Je note d’ailleurs que le ministère de l’Intérieur lui-même est alerté par le sujet, même si, comme d’habitude, l’administration française s’organise pour ne jamais régler ces problèmes de service aux citoyens. Une circulaire du 25 mars a demandé aux Préfets de travailler à l’amélioration des rapports entre la police et le citoyen. Le gouvernement se proposerait même de créer une cellule d’animation nationale sur le sujet!

Une passivité policière exaspérante
Si le ministère de l’Intérieur commence à se préoccuper des mauvaises relations entre la police et les citoyens, c’est bien que le problème existe. Le Figaro vient d’en donner une superbe illustration en relatant la plainte d’un homme d’affaires chinois, Meng Fanchen, ex-vice-président de Lafarge international, dans laquelle beaucoup de Français pourraient se reconnaître.

L’intéressé partait en voyage quasi-officiel à Bordeaux. Il s’est fait voler sa valise, contenant une somme d’argent liquide, dans le train encore à quai dans la gare Montparnasse. Assez naïvement, la victime a cru que la police enregistrerait sa plainte et ferait diligence pour arrêter les voleurs.

Avant de quitter Paris pour Bordeaux, ma valise a été volée à la gare Montparnasse, le 13 Novembre 2014, vers 10h20-10h25. Bien que deux témoins aient décrit le suspect et que la caméra de surveillance ait enregistré tout ce qui a eu lieu, jusqu’à présent, votre système de police n’a pas été en mesure , à ce jour, d’aider à identifier et à attraper le voleur (voir la pièce jointe).

Comme d’habitude, la police française a la flemme de se mobiliser pour résoudre les plaintes des citoyens. Même lorsque ceux-ci sont en mission pour valoriser des entreprises françaises à l’étranger…

Ils sont légion, ces cas où les policiers français refusent d’enregistrer les plaintes, de se déplacer, d’intervenir. En réalité, la police française ne s’intéresse pas à la « basse police » et ne se préoccupe nullement de régler les problèmes de sécurité ordinaire. C’est tellement plus simple, plus rapide, moins dangereux, de s’occuper des citoyens ordinaires qui roulent à 80 km/h au lieu de 70 sur le périphérique, ou qui se stationnent mal dans la rue faute de parkings suffisants…

On notera que, selon une bonne tradition française, le courrier de cet homme d’affaires au Premier Ministre est resté sans réponse. Mais pourquoi diable l’administration répondrait-elle aux sollicitations de ces citoyens fâcheux qui demandent des comptes et en veulent toujours plus?

La communauté chinoise de Paris ose se mobiliser…
L’exemple de Meng Fanchen est nourri par l’ensemble de la communauté chinoise de Paris qui a lancé une pétition contre l’insécurité. Certains y voient un complot de la Chine elle-même! on notera quand même que beaucoup d’habitants de Belleville (dont moi!) partagent ce sentiment d’une passivité des forces de police devant la délinquance ordinaire.

Il suffit de se rendre dans l’hypercentre parisien pur se rendre compte que, aux abords de l’Elysée ou dans le Vè arrondissement, l’ordre est infiniment mieux respecté, et les policiers infiniment plus tatillons et zélés que dans l’Est parisien.

Mais ce n’est pas comme si l’Est parisien était un foyer de délinquances qui se transforme en terrorisme, ni comme s’il était le lieu d’attentats meurtriers…

source