vendredi 3 avril 2015

Facebook fabrique des drones pour connecter le monde à Internet


L'entreprise a procédé aux premiers tests de ces engins volants, qui pourront apporter une connexion Internet aux populations défavorisées. 
Il y a exactement un an, Mark Zuckerberg promettait de «connecter le monde entier par le ciel». Ces belles ambitions ont désormais un nom: Aquila, du sobriquet donné au premier drone fabriqué par Facebook. Mark Zuckerberg a annoncé mercredi que son entreprise avait testé, avec succès, l'engin. Le premier vol s'est déroulé en Angleterre. Il va permettre la production de futurs drones encore plus performants que Facebook espère produire à grande échelle. «Dans leur version finale, ces engins auront des ailes aussi grandes qu'un Boeing 737 mais pèseront moins qu'une voiture», a assuré Mark Zuckerberg sur sa page Facebook. Les drones fonctionneront grâce à des panneaux solaires fixés sur leurs ailes, avec une autonomie de quelques mois. Ils pourront voler jusqu'à 18 kilomètres au-dessus du sol. De nouveaux tests plus poussés devraient être menés cet été. 

Les drones sont plutôt connus du grand public pour prendre des photos et faire des vidéos. Ceux de Facebook ont des ambitions bien plus hautes. Leur but est de fournir une connexion Internet aux zones les plus défavorisées du monde. Grâce à une antenne fixée sur leurs ailes, ils seront capables d'apporter un débit équivalent à une connexion 3G. 

Ambitions humanitaires 
Ce projet est piloté dans le cadre de l'initiative Internet.org, créée par Mark Zuckerberg en collaboration avec d'autres géants du numérique comme Samsung et Nokia. Son objectif est de donner aux populations privées d'Internet un accès facile et peu onéreux à la technologie. L'initiative concerne pour le moment 7 millions de personnes au Ghana, au Kenya, en Tanzanie, en Indonésie, aux Philippines et en Colombie, qui peuvent accéder à une sélection de services en ligne sur leur téléphone portable ou leur ordinateur. Plus récemment, c'est l'Inde qui a bénéficié de la philanthropie de Mark Zuckerberg, grâce à un accord avec l'opérateur télécom indien Reliance Communications. Les drones pourraient accélérer ces efforts. 

Facebook est loin d'être la seule entreprise à avoir la fibre humanitaire. Avant lui, Google avait annoncé vouloir relier le monde à Internet par les airs. Il a lancé en 2013 le projet Loon, qui consiste en une flotte d'une trentaine de ballons capables de fournir une connexion Internet dans les zones qu'ils survolent. Google a aussi racheté une entreprise de drones en 2014, Titan Aerospace, et a annoncé la production de 180 petits satellites visant à connecter les régions isolées. Un rêve partagé par l'entrepreneur Elon Musk, patron de Tesla et Space X, qui va investir plus de 10 milliards de dollars pour produire plus de 700 engins volants. Le cofondateur de PayPal espère que ces satellites serviront aussi bien à connecter les populations défavorisées que les habitants de la planète Mars.