jeudi 9 avril 2015

Dans le cochon tout est bon. Sauf la production !

Un nouveau projet d’agriculture productiviste est contesté en Vendée.

L’agriculture productiviste poursuit son expansion en France. Après la ferme-usine dite des mille vaches dans la Somme, c’est à Poiroux, non loin des Sables-d’Olonne qu’un projet de porcherie industrielle est en train de voir le jour.

En quoi consiste ce nouveau projet ?

Il s’agit d’une nouvelle ferme-usine que l’on pourrait qualifier de maternité porcine. Elle devrait compter à terme près de 3000 cochons, dans des bâtiments de 4000m2. 440 porcelets devraient quitter chaque semaine la ferme-usine vers des élevages associés. La production de lisier est également impressionnante, puisqu’il est question de l’ordre de 5000m3 par an. Pour en finir avec les chiffres, précisons que 4 emplois seraient ainsi créés.



Quelles seraient les conséquences d’une telle exploitation ?

On retrouverait les mêmes problèmes qu’en Bretagne qui connaît depuis longtemps des élevages similaires : pollution des sols par l’épandage de lisier, en l’occurrence ce sont les marais de l’Ile d’Olonne et la zone Ostréicole de la Guittière qui sont directement menacés, et prolifération des algues vertes sur la côte, distante de 15 kilomètres, sans parler de l’utilisation massive d’antibiotiques, rendue obligatoire par la promiscuité des animaux. 

La contestation est déjà en marche.

Vendredi dernier a eu lieu une importante manifestation aux Sables-d’Olonne qui a rassemblé 1500 personnes. Elle était organisée par un collectif d’associations environnementales et soutenue par la Confédération paysanne, syndicat d’agriculteurs pour la défense d’une agriculture paysanne. Ils ont également reçu le soutien du député Yannick Moreau. Une banderole affirmant « pas d’usine à cochons, ni à Poiroux ni ailleurs » ouvrait le cortège.

Qui donc défend ce projet ? 

Il est porté par Sanders une filiale de Sofiprotéol/Avril, entreprise à la pointe de l’agro-industrie. Cette filiale est présidée par Xavier Beulin qui est également président de la FNSEA, principal syndicat de l’agriculture productiviste.

Les travaux de terrassement ont déjà commencé, mais les opposants commencent un combat qu’ils n’abandonneront pas de si tôt.