samedi 25 avril 2015

Coup de tonnerre dans le monde de la génétique : des chercheurs chinois annoncent avoir modifié le génome d'embryons humains


Un groupe de chercheurs chinois a annoncé cette semaine avoir procédé à des modifications génétiques sur des embryons humains. Une première mondiale qui constituerait le franchissement de toutes les frontières éthiques et techniques connues jusqu'ici dans le monde de la génétique. 

L'équipe de Junjiu Huang, généticien de l'université Sun Yat-sen de Canton, a en effet publié dans la revue "Protein & Cell" les résultats de cette première tentative de manipulation génétique appliquée à des embryons humains, raconte le site de la revue "Sciences et avenir". 

Pour apaiser les esprits, les scientifiques chinois précisent que leurs expériences ont été menées sur des embryons humains non-viables, obtenus auprès de centres de fertilité qui réalisent des fécondations in vitro. 

L'expérience, explique l'article, a consisté à tenter de modifier un gène responsable d'une rare maladie génétique du sang, qui se traduit notamment par des retards de croissance. 

Une technique qui permet de "couper" l'ADN 
C'est par le biais d'une technique d'ingénierie du génome mise au point en 2012 par une chercheuse française que les scientifiques ont pu intervenir sur ces embryons. Cette technique consiste à programmer une protéine capable de "couper" l'ADN pour permettre de modifier le génome à un endroit très précis. 

L'article précise que cette technique se heurte néanmoins à de sérieux obstacles. Sur les 86 embryons de l'expérience, 71 ont survécu, 28 ont pu être manipulés et la suppression du gène a été réussie chez une fraction d'entre eux. Au moins quatre autres groupes de recherche en Chine procéderaient en ce moment à des expériences similaires.