vendredi 6 mars 2015

Un milliard de jeunes menacés de troubles auditifs


Plus d'un milliard de jeunes dans le monde sont menacés par des troubles auditifs parce qu'ils écoutent de la musique trop forte, a averti vendredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). 
Sommes nous en train de créer une génération de sourds ? Si l'on en croit l'Organisation mondiale de la santé, la menace est réelle et planétaire. Près de la moitié des jeunes entre 12 et 35 ans des pays à haut et moyen revenus sont exposés à des niveaux sonores trop élevés que ce soit dans les concerts et boîtes de nuit ou dans les écouteurs des appareils audio et autres smartphones. 

Ces niveaux sont de l'ordre de 85 décibels pendant huit heures d'affilée et de 100 décibels pendant 15 minutes. Or 85 décibels représentent le bruit de la circulation en heures de pointe, quand on est dans sa voiture. A titre indicatif, une trompette vuvuzela _ fameuse depuis la coupe du monde football de en Afrique du sud _ représente 120 decibels, et il ne faut pas l'écouter plus de 9 secondes par jour sous peine d'avoir des dommages auditifs irréversibles. 

« On pourrait se passer » de ce genre de trompette, a reconnu vendredi le Dr Shelley Chahda, de l'OMS, en réponse à une question sur l'éventuelle interdiction de la vuvuzela. Et d'ajouter que « de plus en plus de jeunes risquent de subir des dommages auditifs, ils doivent être conscients que l'ouïe, quand elle est perdue, ne revient pas »

Dégâts irréversibles 
Une exposition à des niveaux sonores trop élevés et de manière prolongée peut conduire à des dégâts de l'ouïe irréversibles. Le niveau de bruit le plus élevé à la place de travail ne doit pas dépasser 85 décibels pour un maximum de huit heures par jour. 

Beaucoup de personnels travaillant dans des boîtes de nuit, de bars et d'événements sportifs sont exposés à des niveaux plus élevés. Une exposition à plus de 100 décibels est habituelle dans ces locaux. Selon l'OMS, elle ne doit pas avoir lieu plus d'un quart d'heure par jour. 

Mesures préventives simples 
En vue de la Journée mondiale de l'audition, le 3 mars, l'OMS recommande des mesures préventives simples. Les adolescents doivent réduire le volume de leurs appareils audio et smartphones, ne pas les utiliser plus d'une heure par jour, mettre des bouchons dans les oreilles dans les locaux bruyants et faire des pauses. Ils doivent aussi surveiller leur ouïe et faire des contrôles réguliers. 

Les gouvernements devraient imposer des réglementations strictes sur le bruit dans les lieux publics, ajoute l'OMS, qui demande aussi aux patrons de boîtes de nuit et de bars de baisser le volume de la musique pour le rendre supportable. 

Trois quarts des jeunes français ont déjà eu des troubles auditifs 
Selon une étude Ipsos publiée en janvier à l’occasion de la Semaine du son, plus des trois quarts des 15-30 ans en France ont déjà ressenti des troubles auditifs comme des acouphènes (bourdonnements ou sifflements dans les oreilles) ou une perte d’audition à la suite d’une forte exposition sonore. Mais cela ne les amène pas à mieux se protéger. 

Alors qu’ils sont presque tous (98%) conscients du danger et du risque de problèmes auditifs, seuls 21% des 15-30 ans déclarent en effet s’éloigner systématiquement des enceintes, 10% faire des pauses régulières, 3% utiliser des bouchons d’oreilles à usage unique et 4% leurs propres bouchons. 

« On prépare des générations de sourds, parce que la durée de vie augmente. Si on commence à abîmer son système auditif à 18 ans, quand on aura 80-85-90 ans, on aura - en plus - le vieillissement naturel! Pour le coup, on va tous vieillir très sourds! », déclarait en janvier le docteur Alain Londero, ORL à l’Hôpital Georges-Pompidou à Paris. 

Source