mardi 24 mars 2015

Un éleveur de l’Eure se suicide avec son tracteur


C’est un véritable drame qu’une famille d’éleveurs est en train de vivre depuis deux jours. 
Lundi matin, deux agents de la direction départementale de la protection de la population (DDPP) de l’Eure, saisie de plusieurs plaintes pour des animaux en mauvais état sanitaire, se présentent dans la ferme de Gilles Hébert, à La Haye-Saint-Sylvestre. Le propriétaire de la ferme, spécialisé dans l’élevage de volailles mais qui est à la tête d’un cheptel de bovins depuis la mort de son père, est absent de l’exploitation. Les fonctionnaires discutent avec la mère de Gilles Hébert à qui ils expliquent devoir prendre contact avec son fils. 

Sur le chemin du retour, et alors qu’ils n’ont pas rencontré Gilles Hébert, les agents de la DDPP parviennent à le joindre par téléphone. Ce père de famille, âgé de 41 ans, aurait alors fait état d’un certain mal-être, selon la préfecture de l’Eure, et tenu des propos au cours desquels il annonçait vouloir se donner la mort. 

Écrasé par son tracteur 
Aussitôt après la fin de cette conversation, les agents contrôleurs ont alerté la gendarmerie pour solliciter une intervention compte tenu des menaces de suicide de l’agriculteur, par ailleurs maire de La Haye-Saint-Sylvestre depuis moins d’un an. 

Les militaires diligentés ont découvert le corps de Gilles Hébert lundi, peu avant 13 h, à proximité de sa ferme. Selon les éléments recueillis par les enquêteurs, l’agriculteur se serait jeté sous les roues de son tracteur. La patrouille de gendarmes a retrouvé l’engin, moteur tournant, a une centaine de mètres de la victime. Il a été arrêté par un poteau. 
Éleveur de volailles dans le Sud de l’Eure, fidèle commerçant ambulant notamment du marché de Bernay, Gilles Hébert était père de deux jeunes enfants. 
Selon son entourage, ce n’était pas quelqu’un de dépressif mais plutôt décrit comme gai et parfois impulsif. 
Mais selon nos informations, l’agriculteur connaissait une situation compliquée de son exploitation. 

De 20 à 30 bêtes mortes dans une stabulation 
Plusieurs plaintes pour dénoncer la présence d’animaux en très mauvais état de santé ont été adressées notamment à la Chambre d’agriculture de l’Eure et au Groupement de défense sanitaire (GPMA) « Nous avons été alertés concernant des difficultés de gestion du cheptel. Nos agents ont vu un veau mort dans une pâture de l’éleveur. Il s’avère qu’il y a entre 20 et 30 bêtes mortes dans une stabulation. L’équarrisseur doit passer demain (aujourd’hui, Ndlr) pour enlever toutes ces bêtes », précise Virgine Alavoine. Et la directrice de la DDPP de souligner « qu’il n’y a eu aucune notification de sortie d’animaux ou de naissances depuis un an. » 

« Sous le choc » 
Dans le petit village de quelque 250 habitants, l’annonce du décès du maire laisse tout le monde sous le choc. « C’était quelqu’un de gai, très bavard et expansif. Vraiment un bon vivant, se souvient Hélène Biquet qui siégeait au conseil municipal avec Gilles Hébert depuis sept ans. Elle était devenue sa première adjointe en mars dernier. « C’est à ses deux enfants que je pense en premier », souffle-t-elle, émue. 

Parmi les élus, la stupeur et l’incompréhension dominent. « Je ne m’attendais pas à ça, reconnaît Fabien Colin. Je l’ai vu vendredi soir, il allait bien. Pareil quand nous nous sommes croisés samedi après-midi. Je suis choqué par son acte », explique l’artisan. 

André Courvoisier, élu et agriculteur-céréalier, est lui aussi stupéfait : « Nous sommes tous étonnés. On se voyait régulièrement, on bavardait... Et rien ne transparaissait. »