mardi 24 mars 2015

Seine-Saint-Denis: cinq policiers placés en garde à vue

Les fonctionnaires de la Brigade anticriminalité (BAC) de Stains sont soupçonnés d'extorsion de fonds en bande organisée et de vols en réunion. 
Cinq policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) de Stains (Seine-Saint-Denis) ont été interpellés et placés en garde à vue pour extorsion de fonds en bande organisée et vols en réunion, a-t-on appris de source policière. 

Ils sont soupçonnés d'avoir délesté depuis au moins deux ans des dealers de leur marchandise et de leur argent et de s'être servis dans des scellés judiciaires, a-t-on précisé, confirmant une information du Point.fr. La drogue était revendue par des fournisseurs protégés. 

Le ministère de l'Intérieur a confirmé en début de soirée le placement en garde à vue des cinq suspects dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par un juge d'instruction de Bobigny. 

«Les faits dont ils sont suspectés sont extrêmement graves (...) Si ces faits sont avérés, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, prendra des sanctions disciplinaires d'une grave sévérité», peut-on lire dans un communiqué qui ne donne aucun détail sur les faits reprochés. 

Selon Le Point.fr, les policiers n'auraient pas hésité à menacer physiquement leur hiérarchie, poussant la commissaire de Stains à demander sa mutation. Elle a déposé une plainte auprès du parquet de Bobigny.

La «police des polices» enquêtait depuis plusieurs semaines sur les agissements des suspects et de toute la BAC de cette localité, qui comprend un peu plus d'une dizaine de fonctionnaires, ont indiqué les sources policières. L'IGPN a agi dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Bobigny, dans ce département, pour des faits de «corruption active» qui reposent «sur des indices graves et concordants» en l'état de l'enquête.