mercredi 4 mars 2015

Buste de Marianne : la stupidité communautariste est sans limite !

Avant, on s’irritait – ou l’on se passionnait, c’était selon – des histoires de Clochemerle, ces zizanies du fin fond des clochers et des terroirs : bisbilles souvent sans fins parce que plus personne n’en connaissaient les origines et qui divisaient alors une population strictement locale. 

Mais ça, c’était avant ! Une époque révolue… Non que les « clochemerleries » ne soient plus, mais elles sont désormais connues de tout le pays par l’intérêt sonnant et trébuchant qui trouvent certaines associations en mal de notoriété, rimant généralement avec leurs demandes de subventions. 
Parmi ces associations, les plus communautarisées sont souvent les plus vindicatives. Ainsi du CRAN, le Conseil représentatif des associations noires, auquel la nouvelle municipalité de Frémainville (dans le Val-d’Oise comme chacun sait), vient de fournir un nouveau cheval de bataille sur mesure. 

Imaginez : le maire nouvellement élu, après vote majoritaire de son Conseil municipal, a changé le buste de Marianne, installée en 1999… soit, crime de lèse-négritude s’il en est, de remplacer celle d'inspiration africaine dans ses locaux, par une Marianne « d’inspiration plus traditionnelle. » 
Il justifie cela en reconnaissant que l’ancienne était « un bon symbole pour la fin de l'esclavage, mais en vertu de quoi l'élèverait-on au rang de Marianne de la République ? (…) Cette sculpture noire était une Marianne de la liberté, pas une Marianne de la République. Elle représentait certes quelque chose, mais pas la République » (Source : Le Parisien). 

L’ancien Maire s’est ému en déclarant : « Pourquoi la République ne serait pas noire, il suffit de regarder l'équipe de France de football »… jusqu’à l’association auto-proclamée représentative des associations noires en question qui monte d’un cran, justement, dans l’invective en fustigeant les propos de l’élu dignes qui seraient dignes, ni plus ni moins des « pires théoriciens du Ku Klux Klan, et des mouvements suprématistes » et envisage de réclamer à l'Association des maires de France que la prochaine statue soit « sculptée sur les traits d'une femme noire, arabe ou asiatique », selon Le Figaro
Rappelons que Pierre Legendre, historien du droit défini le symbole comme « un objet coupé en deux morceaux, échangés entre deux personnes, liées par une obligation, pour se reconnaître » en rappelant en sus que le verbe grec symballo « a le sens de réunir, de rapprocher. » 
Partant de là, une Marianne se doit évidemment d’être le symbole le plus rassembleur qui soit de la France… et donc le moins communautariste. 

À quand une demande des musulmans pour voiler Marianne ? Des juifs pour qu’elle porte kippa ? Des Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres pour une marianne transgenre ? À un moment où l’on ne cesse de mettre en avant l’idée d’« Union nationale », à quoi rime de tirer ainsi la couverture à soi ? Et de favoriser à ce point les inévitables chicaneries qui n’en demandaient tant ! 
Où veut-on en venir ? Le plus grand nombre de Français doivent se reconnaître dans le buste de Marianne, c’est l’évidence… En quoi ce « plus grand nombre » peut-il se reconnaître dans les propos diffamatoires d’associations n’œuvrant, semble-t-il – et là également : à l’évidence ! – qu’à communautariser, à créer discorde et ressentiment, à stigmatiser et en exigeant – comble de leur effrayante bêtise ! — une « racialisation » de Marianne, « leur » prochaine statue se devant d’être « sculptée sur les traits d'une femme noire, arabe ou asiatique » ? 

Que vient faire cette sombre histoire d’ethnie ici ? Le CRAN (comme le CCFIF, CRIF, le CFCM ou autres acronymes parasitaires et communautaires) s’arroge une parole et une représentation qu’elle n’a pas et qui est dangereuse pour l’idée même de communauté nationale…