vendredi 13 février 2015

Les télévisions intelligentes de Samsung accusées d'écouter leurs utilisateurs


Le mode d'emploi des appareils conseille aux téléspectateurs de ne pas discuter «de choses personnelles ou sensibles» devant leur écran afin d'éviter leur enregistrement. 

Samsung en a trop dit. Jeudi, des internautes sur la plateforme Reddit s'inquiétaient du contenu des conditions d'utilisation des télévisions intelligentes produites par l'entreprise sud-coréenne. Dans un passage consacré à la reconnaissance vocale, utilisée pour contrôler l'appareil, Samsung conseille à ses utilisateurs de ne pas parler de choses trop intimes devant leur écran. «Certaines de vos commandes peuvent être transmises à un service tierce afin de convertir une parole en texte», peut-on lire sur le site anglais de l'entreprise. «Si vous discutez d'informations personnelles ou sensibles, elles pourront être enregistrées et transmises grâce à la reconnaissance vocale.» En France, le site de Samsung ne livre pas autant de détails. Il précise néanmoins que «certaines fonctionnalités [de la télévision connectée] peuvent ne pas être disponibles sans un consentement exprès à la collecte et à l'utilisation des données personnelles.» 

Contacté par le site Tom's Guide, Samsung a voulu couper court aux craintes d'espionnage. «Nous prenons la vie privée de nos consommateurs très au sérieux», a affirmé l'entreprise, qui précise chiffrer les données utilisées par le service de reconnaissance vocale. «Les seules informations qui sont analysées consistent en des ordres relatifs à la télévision ou des mots clés de recherche.» D'après Samsung, les utilisateurs peuvent désactiver l'option en question et choisir de déconnecter leur téléviseur d'Internet s'ils le souhaitent. D'autres données seront néanmoins toujours collectées et analysées, comme les recherches effectuées à l'aide du clavier.

LG accusé d'espionner ses clients 
Samsung a répondu rapidement pour éviter la polémique. Il n'est pas le premier constructeur à devoir répondre à des accusations d'espionnage. En novembre 2013, un blogueur anglais avait accusé LG d'espionner ses utilisateurs de télévisions connectées. D'après lui, son appareil enregistrait à son insu sa consommation de vidéos et de programmes télévisées afin de lui proposer des publicités ciblées. Face aux critiques, LG avait finalement autorisé la désactivation de cette collecte de données. Le même blogueur a néanmoins de nouveau attaqué la marque en mai 2014. Il l'accusait cette fois-ci de l'empêcher d'accéder aux fonctionnalités connectées de sa télévision, comme Skype, s'il n'en acceptait pas ses nouvelles conditions d'utilisation, qui prévoyaient justement la collecte de données personnelles.