vendredi 27 février 2015

Jamais nous ne demanderons au prolétariat d’être dupe de ceux qui exploitent la Patrie (Jaurès)

Je crois que l’existence de patries autonomes est nécessaire à l’humanité. Je crois notamment que la disparition de la France ou sa domestication serve d’une volonté étrangère serait un désastre pour la race humaine, pour la liberté et pour la justice universelle... Voilà ma conception, voilà ma politique. Jamais nous ne livrerons la Patrie. Jamais nous ne demanderons au prolétariat d’être dupe de ceux qui exploitent la Patrie. 

Jean Jaurès, lettre à La Dépêche de Toulouse, 1905