samedi 28 avril 2012

Flambée salariale à l'Elysée


Chaque ministère doit tailler dans ses effectifs. Il était temps. Depuis 2007 les troupes au service du gouvernement enflent à vue d’œil. Des maîtres d'hôtel aux hauts fonctionnaires en passant par les chauffeurs et les secrétaires, il emploie 3 277 personnes (chiffres 2009), contre 2 863 lors de l'accession à l’Élysée de Nicolas Sarkozy, soit une inflation en personnel de 13%... La réduction du nombre de conseillers devrait limiter ce surpoids. L'ennui, c'est que le tour de vis ne concerne pas les salaires. Or ils flambent. Les personnes affectées à la bonne marche des ministères (secrétaires, cuisiniers, chauffeurs, gardes du corps, etc.) ont, par exemple, bénéficié, en moyenne, d'un coup de pouce de 34,8% entre 2008 et 2009, selon le député René Dosière (2 033 euros mensuels en 2008, 2 740 en 2009) ! Les conseillers, souvent issus de la fonction publique, sont toujours aussi choyés. Dosière estime que le montant de leurs primes a explosé depuis un an, passant de 8 359 euros en moyenne par personne en 2008 à 9 131 euros en 2009, soit une envolée (hors traitement) de 9,2%... Si l'on additionne les primes avec le traitement, l'explosion est encore plus spectaculaire : plus 21% entre 2008 et 2009. Les conseillers issus du privé, tels les attachés de presse, n'ont pas à ses plaindre. Leur rémunération moyenne a augmenté, toujours durant la même période, de 23,6%. Comme le dit, sarcastique, René Dosière : "Le gouvernement ne connaît pas la crise !"

Le Point n° 1978